Identification Fermer
Pseudo : 
Mot de passe : 
 
Mot de passe oublié ?
 
Information / Communication > Bravo à nos coureurs

Bravo à nos héros !

Ce week-end, ils ont repoussé les limites du corps et de l'esprit pour honorer les couleurs de l'Association Grégory Lemarchal qu'ils avaient choisi de porter et, surtout, encourager à leur manière les patients atteints de mucoviscidose dans leur combat quotidien. Récit.

 

Alain Vijoux, Iron Man de Vichy 2016

C'est la 5ème année consécutive que j'ai la chance de pouvoir représenter l'Association Grégory Lemarchal lors de L'iron Man de Vichy. Les organisateurs, Amandine et Gaël Mainard, ainsi que la société Iron Man France, autorisent l'Association à installer un stand dans le village expo afin de pouvoir communiquer sur ses actions. Ils participent également en tant que partenaires en reversant 2 euros sur les inscriptions de la course à pied féminine du samedi, baptisée Iron Girl's. Depuis 3 ans Aurélie Imare (photo à gauche), une amie, participe à cette course en portant les couleurs de l'association. Excellente coureuse à pied, elle a même gagné l'épreuve cette année et est montée sur le podium en portant l'oriflamme. Également bénévole lors de l'Iron Man, c'est elle qui m'a remis, sur la ligne d'arrivée, ma médaille de finisher...
 
Pour ce qui me concerne, la veille de l'épreuve, j'étais plein de doutes. Non pas sur ma capacité morale, mais sur mon physique. Une tendinite au genou, apparue un mois et demi avant l'épreuve, m'avait obligé à stopper tout entraînement durant trois semaines. J'étais donc moins bien préparé, et un peu nerveux. Mais le matin même de la course, j'étais confiant. Je me suis dit : "tu peux bien peiner pendant quelques heures alors que les malades souffrent 24 heures sur 24".
 
 
Natation 3km800
J'étais à l'aise durant la première partie de natation, jusqu'à la sortie "à l'australienne", qui consiste à sortir de l'eau pour courir quelques dizaines de mètres puis repartir à l'eau.
Les consignes étaient de sauter et non de plonger, par mesure de sécurité, ce que j'ai fait. Mais le concurrent derrière moi m'a sauté dessus et m'a littéralement "explosé" l'omoplate, remettant en cause la continuation de l'épreuve eu égard à la douleur ressentie sur le moment. J'ai donc fait la deuxième partie de la natation (1km9) pratiquement avec un bras, et ai donc mis 15 mn de plus que normalement. A la sortie de la natation, en traversant le parc afin d'aller chercher les affaires pour les 180 km de vélo, j'ai ressenti une forte douleur dans le dos m'empêchant de bien courir. J'ai su à ce moment que le marathon en fin d'épreuve serait difficile et qu'il me faudrait "m'adapter".
 
Vélo 180 km
Je pars donc pour les 180 km de vélo, et roule correctement sans trop forcer. La douleur m'empêchant de me mettre en "danseuse" dans les côtes, et m'obligeant à changer souvent de position pour me soulager. Je boucle néanmoins ce parcours à 29 km/h de moyenne, tout en mangeant mes petits sandwichs...
 
Marathon 42.185.
J'ai décidé dès le départ de gérer l'allure, en restant un maximum en dessous du seuil de la douleur, quelle que soit la vitesse à laquelle j'allais courir. Je n'ai regardé ni le temps ni la vitesse sur ma montre. Uniquement à la sensation. Et des sensations, ou plutôt des émotions, il y en a eu beaucoup. Parcours magnifique dans le centre de Vichy au plus prés des spectateurs, promeneurs, touristes. La visibilité de l'Association Grégory Lemarchal prend toute son ampleur, tout au long des 4 tours de 10 km, et a été au maximum avec l'oriflamme. J'ai reçu les encouragements et félicitations pour l'association des spectateurs, bénévoles, speakers de l'épreuve, athlètes français et étrangers, des arbitres et même des policiers en ville. Au point de me faire oublier la douleur. À chaque ravitaillement, tous les deux kilomètres, une dizaine de bénévoles me faisait une haie d'honneur et m'encourageait en me remerciant de ce que je faisais pour l'AGL.

Au final, j'ai franchi la ligne d'arrivée de cet Iron Man en 13h03 - une minute de moins que l'année dernière :-) Et je pense approcher les 2 000 euros de dons récoltés au profit de l'Association Grégory Lemarchal. C'était encore une belle aventure humaine.

J'espère avoir servi au mieux cette magnifique association. Je suis fier de courir pour elle et la remercie de me faire confiance. J'ai surtout une pensée particulière pour tous les malades. Ne baissez jamais les bras...
 
 
 
 
Mike Parent nous raconte la Petite trotte à Léon

Le défi était clair : boucler près de 300 kilomètres, 26 500 m de dénivelé positif, autour du Mont-Blanc, en moins de 151 heures et 30 minutes. Départ et arrivée à Chamonix sur la place du Triangle de l'Amitié. Tout un symbole pour Mickael, Stéphane et moi...

Le voyage a été intense et les mots manquent pour qualifier toutes les phases Humaines et sportives par lesquelles nous sommes passés. Les 48 premières heures ont été difficiles, une chaleur importante, des ascensions et des descentes sans répis, une première barrière horaire qui nous semblait compliquée à atteindre et pour cloturer ces difficultés, la perte de Mickaël qui est contraint d'abandonner la course lors de la première nuit, après un pépin physique. Suite à ça, nous n'avions plus aucun droit à l'erreur en terme de blessures ou de douleurs, qui mettrait définitivement l'équipe "7" hors course. Je crois qu'à partir de ce moment-là, le corps et l'esprit ont pris un nouveau départ pour agir comme un bulldozer et avancer coûte que coûte pour faire face à chaque élément nouveau qui allait arriver jour et nuit. Nous avons eu des grosses phases d'activité (entre 8 et 11 heures), avec du repos modéré voir restreint (30 min de mémoire pour le plus court), sans oublier de relancer une nouvelle phase d'activité juste derrière. Un vrai voyage au bout de soi-même, pour reprendre un des slogans de l'organisation. Nous étions au milieu de nulle part, oscillant la plupart du temps entre 2000 et 3000m, en ne croisant presque jamais personne. Comment ne pas être marqué par tant de grandeur et de puissance ? Cette aventure avec Stéphane a été exceptionnelle ! je me souviendrai toute ma vie de ce lever de soleil, le vendredi vers 06h18, dans la vallée d'Aoste, où après quelques heures très rythmées d'ascension, nous sommes arrivés au sommet, pleurant entre nos deux bâtons car dame nature nous récompensait dans un décor à couper le souffle, presque surréel !
 
Les jours et les nuits s'enchainent jusqu'à cette arrivée à Chamonix, où nous attend notre comité d'accueil composé de la famille et des amis armés de drapeaux, cloches et autres artifices pour faire le plus de bruit ! Nous franchirons la ligne avec Stéphane en 147 heures, 34 minutes et 58 secondes, lâchant toutes nos larmes, fiers d'avoir dépassé nos attentes pour l'Association Grégory Lemarchal ! Sur 100 équipes au départ, la moitié ont abandonné. C'est une aventure hors du commun !

J'aimerais remercier en notre nom tous les donateurs qui se sont mobilisés pour l'Association et qui ont tous eu une attention, un geste, des ondes positives à notre égard ! Il est certain qu'ils sont aussi la clé de cette réussite. Merci à Mickaël pour son soutien logistique après l'abandon, soutien indispensable et de grande qualité ! Et merci à Stéphane, mon ami, mon frère, avec qui j'ai vécu le plus gros challenge de ma vie et qui m'a apporté humainement tant de choses ! 
 
Pour info, vous pouvez toujours faire un don à l'Association Grégory Lemarchal sur notre page de collecte, ouverte jusqu'au 22 septembre :
 
 
 VOIR LA VIDÉO DE LEUR ARRIVÉE :